Triple inauguration pour le RAVeL de la ligne 38

La mise en service de trois nouvelles sections du RAVeL sur l’ancienne ligne ferroviaire 38 reliant jadis la vallée mosane à l’extrême Est de notre belle province s’inscrit dans le cadre du plan 2016-2019 du Ministre des Travaux Publics et de la mobilité. Elle a donné lieu à trois inaugurations distinctes le samedi 27 avril dernier : à Hombourg en matinée, à Herve en début d’après-midi et plus en aval encore, à Vaux-sous-Chèvremont, dans le courant de la journée. On se souviendra cependant que, par le passé, l’idée d’asphalter le RAVeL de la ligne 38 pour le rendre accessible par tous les temps avait suscité une impressionnante levée de boucliers et pas mal de débats. Il n’en est aujourd’hui plus rien, notamment grâce à la solution intermédiaire consistant en un asphaltage partiel de 2,50 m maximum conjoint à un empierrement en dolomie de même largeur mais réduit ponctuellement jusqu’à 1,50 m.

En vue de répondre aux objectifs fixés par le gouvernement wallon en matière de mobilité douce, plusieurs grands chantiers ont ainsi été mis en œuvre depuis 2016 sur l’ancienne ligne 38. Ils ont coûté près de 6 millions d’euros et ont entre autres consisté en une prolongation du site à Hombourg et à l’aménagement comme décrit ci-dessus entre Melen, Herve, Thimister-Clermont, Aubel et Hombourg (soit sur 20,5 km). La dernière phase des travaux, prévue pour 2020, autorisera le prolongement jusqu’à Plombières, pour un budget estimé à 1.800.000 €. A terme, la mobilité douce sera ainsi permise entre nombre de villages, de zones d’emploi et de centre-villes. Rappelons aussi que l’ancienne Ligne 38 demeure une composante de l’EuroVelo 3 qui reliera une fois terminée Trondheim en Norvège à St-Jacques de Compostelle (Espagne) en passant par Aix-la-Chapelle, Liège, Namur, Charleroi, Maubeuge et Paris. Soit sur plus de 5.100 km dont 210 en Wallonie. Ces aménagements visent à augmenter les déplacements quotidiens alternatifs à la voiture pour rejoindre les lieux de vie et les zones d’emploi. Ils permettent aussi le développement de l’économie locale grâce, notamment, au tourisme à vélo, à pied et à cheval. Ajoutons encore que dans le pays de Herve en particulier, ils intéressent de nombreux résidents, que ce soit les personnes à mobilité réduites, les écoliers, les joggeurs, les cavaliers, les cyclistes, les adeptes du roller ou encore les promeneurs avec poussettes. Bref, tout le monde est gagnant ! F.H.