Les marchés d’Aubel et Welkenraedt ont repris vie

« Coucou me revoilou » chantait en 1978 Michel Polnareff sur son sixième album au titre éponyme. Et bien coucou aussi, nous « revoilou » également, au terme de deux mois d’interruption de publication. Et pour cause, vous l’aurez bien compris, car la pandémie Covid-19 a porté un sérieux coup d’arrêt au sein de la société dans laquelle nous vivons. Commerces fermés, écoles idem, tous les rassemblements et autres manifestations publiques supprimées, plus de sports collectifs, etc…

Bref, pas de quoi remplir un magazine comme le nôtre, basé sur l’actualité régionale et la publicité ! Mais, heureusement, l’activité humaine reprend tout doucement ses droits. Dès lors, nous avons aussi retrouvé le chemin du clavier et sorti l’appareil photo de la naphtaline (ça existe encore ça ?), trop heureux d’enfin pouvoir mettre le nez dehors et à nouveau observer ce qui se passe dans notre belle région. Sans oublier, bien sûr, d’avoir une énorme pensée pour celles et ceux qui ont souffert de cette maladie ou ont perdu un proche, un ami, une maman ou un papa…. Premier signe évident de ce déconfinement progressif tant attendu, les marchés hebdomadaires de Welkenraedt (le lundi 18 mai) et Aubel (le mardi 19 mai) ont été les premiers à refaire surface dans l’arrondissement. Pas vraiment un hasard ! Après deux mois d’absence, les commerçants ont enfin pu commencer à respirer, mais au travers de ces fameux masques, évidemment. Quant aux clients, ils ciblent mieux leurs achats et vont davantage droit au but, en respectant plus ou moins la désormais incontournable « distanciation sociale ». C’est du moins ce qui a été constaté le premier jour sur la place des Combattants. Cela était déjà moins vrai à Aubel ce dimanche 24 mai où, malgré le sens giratoire là aussi imposé et le nombre moins important d’échoppes – afin de laisser davantage d’espace aux chalands – ont pouvait observer différents groupes formés de-ci, de-là pour « tailler une bavette » avec Pierre ou Paul. Et ce, parfois, sans masque, pourtant fortement conseillé…

« C’est parfois décourageant » nous explique le bourgmestre aubelois Freddy Lejeune, posté avec plusieurs autres mandataires à l’une des deux seules entrées autorisées sur le site du marché. « Nous avons mis un distributeur de gel aux deux points de passage obligés et certains rouspètent quand nous leur faisons la remarque parce qu’ils ne l’ont pas utilisé. Et bien sûr, ce sont souvent les mêmes personnes qui ne portent pas de masque. Quel dommage ce manque de prise de conscience ou de civisme, je ne sais pas trop quoi en penser. Heureusement que la grande majorité des clients coopèrent sans soucis… » Il est vrai que le marché dominical aubelois reçoit la visite de nombreux clients provenant des Pays-Bas et d’Allemagne. Deux pays tout proches où les règles de confinement ne sont déjà plus pareilles aux nôtres… F.H.