Le dernier cortège costumé de l’année inondé de soleil

La 143e parade chevaline qui anime traditionnellement le lundi de Pâques dans les rues de la capitale du Plateau a été marquée cette année par deux événements : un étonnant soleil quasi estival et le retour très attendu des « Grosse têtes ». Quel succès ! De quoi ébahir les yeux de la foule et provoquer une débauche de couleurs, de musique et de bonne humeur. Car il est vrai que ce cortège constitue l’apothéose de trois jours et quatre soirées de fête, malgré un parcours remanié et – disons le franchement – peut-être pas au point vu les arrêts provoqués devant la maison de ville, notamment. Mais qu’importe. Car inondé de soleil, bordé par une douce chaleur, le public affichait une « large banane » qui faisait plaisir à voir.

Cela dit, le défilé a une fois de plus tenu toutes ses promesses, la quarantaine de groupes et chars – toujours tirés par plus de 140 magnifiques chevaux de trait comme il se doit – comptant en son sein de superbes formations, exotiques ou musicales, venues de l’étranger. Mais pour trouver le clou du spectacle, il ne fallait pas chercher bien loin. Car tous les yeux étaient tournés vers la douzaine de nouvelles « Grosses têtes » dessinées par des artistes du cru et représentant des personnages connus à Herve et dans l’entourage immédiat de la cavalcade.

Et vécu de l’intérieur de ces nouvelles grosses têtes, c’est comment ? Dur, visiblement ! Car au vu les premiers relais opérés après quelques centaines de mètres seulement et la couleur écarlate du porteur sortant, il ne fait aucun doute que ces kilos en matière synthétique avaient tout du sauna ! Qu’à cela ne tienne, les aides étaient là pour prêter main forte. Autre sourire que celui de Luciano Spattocco, porteur depuis une dizaine d’années des anciennes grosses tête et trop heureux de prêter main forte à ce renouveau. « Nous alternons le portage et lorsque je n’ai pas la grosse tête sur mes épaule, je distribue des bonbons aux enfants dans le public ». Une autre manière de joindre l’utile à l’agréable tout en évacuant les calories, en somme… Cette magnifique journée fut donc une (presque) totale réussite malgré deux chars en panne de frein et un public ma foi moins nombreux que l’on aurait pu attendre par une aussi belle journée. Qu’à cela ne tienne, les absents ont eu tort ! Y compris lors du feu d’artifices tiré depuis la plaine des sports. Rendez-vous est pris pour Pâques 2020 et, surtout, 2021. Une année de jubilé, une de plus ! F.H.