Le cortège a vaincu la tempête Freya !

Alors que du côté d’Eupen on a choisi de démarrer à l’heure mais en supprimant la traction hippomobile de quelques chars pour cause de vent de tempête, à La Calamine on a simplement choisi – avec beaucoup de flair ! – de retarder la mise en route du traditionnel défilé du Rosenmontag. Et visiblement, ce fut un choix judicieux ! Car si à Eupen tout le monde – carnavalistes et spectateurs – a été trempé par de fortes pluies, rien de tout cela à Kelmis. La longue sarabande forte d’une centaine de groupe et chars a même pu se passer de ces horribles manteaux en plastique « anti-drache », pour le plus grand plaisir de tous. Il faut croire que le comité du KeNeHeMo (association regroupant les sociétés des communes de Kelmis (La Calamine), Neu-Moresnet, Hergenrath et Moresnet) organisateur des réjouissances carnavalesques à La Calamine prend conseil auprès d’un excellent météorologue.

Au final, c’est donc avec exactement une heure de retard sur le timing habituel que le char princier de Marco 1er entouré de ses pages Laura et Sally a commencé à descendre la rue de Liège, là où se masse habituellement le plus de monde. Miracle ! Non seulement le vent ne mordait plus mais la pluie avait carrément cessé quelques instant auparavant. Mieux encore, nous avons même aperçu de temps à autre un… rayon de soleil.

Car dans cette énorme sarabande éclatante de mille couleurs déferlant à la suite du jeune et souriant instituteur de maternelle âgé de 24 ans, il n’est pas un groupe ou un char à retirer du lot. Venus des quatre coins de l’arrondissement, ces milliers de fêtards ont une nouvelle fois fait très fort. Enormes, ingénieux, magnifiques, à l’image de ce dragon coloré et fumant… Que de superlatifs à l’adresse de ces chars, véritables œuvres d’art dédiées au dieu carnaval ! Pas étonnant dès lors qu’avec ses nombreux figurants de tous les âges, une centaine de chars, groupes et fanfare ainsi que plusieurs tonnes de friandises et autres gadgets distribués gratuitement aux très nombreux spectateurs, ce cortège long d’environ 1500 mètres soit aujourd’hui le plus imposant à l’Est de la Belgique. Les amateurs de folies carnavalesque ne s’y sont d’ailleurs pas trompés : ils assistaient en masse à ce Rosenmontag vraiment parfait et toujours gratuit, il faut le souligner !

Enfin, en guise d’apothéose, le brûlage du cochon en paille ou « Küsch » dans le patois local – symbole du monde du carnaval à La Calamine – a eu lieu sur le parvis de l’église, plus tardivement qu’initialement prévu, évidemment. Rappelons qu’après l’attribution du « Prix d’Honneur du KeNeHeMo » qui souligne l’engagement des bénévoles, l’extinction de la bougie du carnaval par les représentant religieux et des suites princières a marqué lors du mardi gras la fin du carnaval calaminois. Alaaf ! F.H.

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine : La fanfare RTL a ouvert le bal après avoir mis l’ambiance en centre-ville (Photo F.H.)

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine : Jour de gloire pour le Prince du KeNeHeMo (Photo F.H.)

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine

LA CALAMINE – Rosenmontag – Lundi 4 mars 2019 – Photo Freddy Hauglustaine