La voix de Machiavel s’est éteinte avec Mario Guccio

On savait l’artiste hervien lourdement malade depuis quelques temps déjà. Son retour sur les terres familiales de la Sicile ne laissait aussi rien présager de bon. Mais c’est tout de même une énorme surprise qui a saisi les milieux musicaux de Belgique et notre région en particulier lorsque le décès de Mario Guccio a été rendu public par les membres de son groupe, Machiavel, le samedi 20 janvier dernier. Il était âgé d’à-peine 64 ans. Déjà lourdement frappé par le départ inopiné de son épouse en 2009, elle aussi victime d’un cancer, Mario Guccio est donc décédé en Sicile, auprès de ses proches. Il y avait été hospitalisé récemment et remplacé – temporairement le souhaitait-on – par Marc Ysaye au sein du groupe pour la prochaine tournée Early Years qui doit faire la part belle aux premiers albums de la formation. Telle était en l’état l’annonce faite par Machiavel le 12 janvier dernier. Quelques jours plus tôt, le chanteur né en 1954  sur le plateau de Herve avait lui-même prévenu ses fans qu’il allait être absent « un certain temps sur Facebook et autres réseaux sociaux« . « Je vous aime, à très bientôt les amis« , écrivait-il depuis Palerme le 4 janvier. Le crabe en a hélas décidé autrement… C’est en 1977 que Mario Guccio a rejoint l’aventure Machiavel pour le second album du groupe baptisé « Jester ». Et c’est le début des années de gloire pour le groupe belge qui, le 9 décembre 1979, sera la première formation du pays à monter sur les planches de Forest National. Après plusieurs périodes d’interruption et autres séparations, on retrouve Machiavel en 1996 sur la scène des Francofolies de Spa ou lors du dernier méga-spectacle d’été organisé sur le lac de Robertville, en première partie du ténor aveugle italien Andréa Bocelli. Toute une époque ! En quittant la Belgique dès 2015, Mario Guccio a donc mis le cap sur la Sicile, à Santa-Flavia pour être précis. Cependant, il revenait souvent au pays, pour Machiavel notamment, et n’oubliait pas ses racines belges. Il était né à Herve en 1954 puis avait habité à Soumagne et Retinne (Fléron) avant de s’établir à Julémont. Un petit village auquel il était très attaché. D’autres membres de Machiavel tel le guitariste Christophe Pons et le claviériste Hervé Borbé habitent la grande région verviétoise. Une région parfois dangereuse puisqu’en revenant chez lui en juin 2016, Mario Guccio avait été percuté par un conducteur ivre et avait failli mourir ! Parmi les autres musiciens verviétois ayant côtoyé Mario Guccio, le guitariste acoustique Jacques Stotzem l’avait accompagné sur la scène du Spirit of 66, à Verviers, ou lors des Francos spadoises. « Mario, c’était un chanteur d’exception, une icône du rock », témoigne-t-il non sans émotion… Pour l’avoir admiré plus d’une fois au travers de nos objectifs lors de différents concerts, nous ne pouvons qu’être d’accord. Le monde du rock belge vient de perdre une voix unique et un artiste multi-talentueux qui l’est tout autant, servi par une sensibilité hors pair.

F.H. et La Meuse Verviers

In memoriam Mario Guccio photo 5 In memoriam Mario Guccio photo 6 In memoriam Mario Guccio photo 1 In memoriam Mario Guccio photo 2 In memoriam Mario Guccio photo 3